Aurélie LOPEZ
18/04/2008 à 16:43:39
Aurélie LOPEZ Aurélie LOPEZ  Peux-tu te présenter en quelques phrases ?Je suis née à Mourenx,...
 
 
Aurélie LOPEZ

 

Aurélie LOPEZ 

Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

Je suis née à Mourenx, j’ai 26 ans, je suis entraîneur professionnel de basket au club de Mourenx depuis maintenant 3 ans, je m’occupe des poussines, du centre de Formation et des Espoirs, et maintenant de l’Equipe professionnelle.

 

Comment es-tu venue au basket ?

Je suis tombée dedans quand j’étais petite puisque mes parents jouaient ici,

J’ai arrêté quand l’équipe 1 est monté e en ligue, il y a 3 ans mais je joue de temps en temps avec les espoirs NF3, enfin j’essaie !!

  

As-tu pratiqué ou pratiques-tu un autre sport ?

Oui j’ai fait du volley (UNSS) mais j’ai tjrs fait du basket en même tps, j’ai fait aussi de la danse pendant longtemps. Par contre maintenant je ne pratique plus de sport par manque de tps.

 

Peux-tu nous donner ton palmarès en tant que joueuse ?

J’ai joué jusqu’en nationale 1, jusqu’à ce que l’Equipe monte en Ligue, championne Régionale Cadettes et Minimes, 2 pré -sélections en Equipe de France Cadettes, sélections départementale et régionales, de benjamines à cadettes ; Vainqueur de la Coupe des P.A., demi finaliste de la coupe de France en sénior contre Valenciennes,  

 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans le coaching ?

Le coaching m’intéresse depuis l’âge de 15 ans, j’ai commencé par l’Ecole de Basket, et à passer mes diplômes au 1er niveau. Ce qui m’intéresse c’est « gérer » une équipe, et tout ce qui est technico-tactique. Plus on monte vers le haut niveau, plus c’est intéressant.

 

Qu'est-ce qu'on ressent quand on se retrouve du jour au lendemain LA plus jeune coach pro ?

J'ai commencé à entraîner très tôt et j'ai passé mes diplômes dans la foulée. Je savais que je voulais être entraîneur pro dès l'âge de 15 ans. Aujourd'hui, être la plus jeune c'est bien mais il faut maintenant durer dans le métier, c'est pour moi le plus important.

L’aurais-tu fait si tu avais eu la possibilité de continuer à jouer en équipe 1 ?

Oui car le coaching m’intéresse plus que de jouer. Mais c’est vrai que le fait que je ne possède pas les qualités nécessaires pour jouer en Ligue m’a fait aussi arrêter même si je passais mes diplômes tout en continuant à jouer, c’était une réelle volonté. Où je continuais à être joueuse et je restais sur le banc, parce que je sais que je n’aurais pas joué et ça ne m’intéressais pas, ou je partais ailleurs pour jouer en Nationale 1, ou j’avais la possibilité de devenir assistant.

En plus l’aventure en Ligue professionnelle commençait, j’avais vécu l’aventure jusque là en tant que joueuse, donc je n’avais pas envie de laisser tomber.

 Incites-tu des jeunes de ton club à suivre ta voie ?

Pour les jeunes du club, elles me posent plus de question sur mon parcours scolaires et basket. Alors, je ne leurs cache pas que les diplômes s'obtiennent sur plusieurs années, que ce n’est pas facile mais que si elles veulent elles peuvent et je serai là pour les aider comme on m'a aidé...

Tu as certainement des liens amicaux avec certaines joueuses. Est-il facile pour elles et pour toi de te voir comme un coach du jour au lendemain ?

C’est aussi un avantage, je connais bien les filles, j’ai joué avec, je sais comment elles fonctionnent, mais j’ai toujours mis une barrière entre le terrain et la vie de tous les jours, que ce soit avec n’importe quelle équipe. C’est facile à gérer quand les choses sont claires dès le départ

 

Comment gères-tu la pression avant un match ?

Je n’ai pas forcément beaucoup de pression, parce qu’on a eu tellement
de boulot à faire vu l’objectif que l’on avait pour se maintenir que la pression, je n’y pensais pas, je ne dors pas beaucoup la veille d’un match, ça c’est sur mais après je n’ai pas de réelle pression, c’est plus de l’excitation que le match arrive.

 Quels étaient tes objectifs quand tu as repris l’équipe ?

Pour l’équipe une c’était le maintien en Ligue féminine, même si le challenge paraissait difficile, On a travaillé jusqu’à la fin de la saison pour réussir à l’atteindre.

Pour les Espoirs, on visait la montée en Nationale 2,

Pour les cadettes, on joue le titre de Coupe de France (L’équipe est composée de 14 filles évoluant en cadette France et en NF3)

 

Suis-tu les grandes compétitions sportives à la télé ?

Oui dès qu’il y a un match de basket à la télé je le regarde, que ce soit du basket masculin ou féminin. Cet été j’ai suivi les championnats d’Europe (Ana Lelas jouait avec la Croatie). Je regarde tous les autres sports aussi,

   

Combien d’entraînements par jour ?

J’en fais 2 par jour, après j’adapte en fonction des jours de matchs de la semaine passée et à venir,

 

Comment s’organise vos déplacements ?

Tout ce qui est au-dessus de Paris on le fait en avion puis en voiture, tout ce qui est en-dessous de Paris ce fait en mini bus.

 

Tes projets pour la saison prochaine ?

Jusqu’à présent, ma priorité est de finir la saison, mon contrat en ce qui concerne le Centre de Formation de Mourenx va jusqu’en août 2009, donc je sais que je serais toujours à Mourenx .L’urgence du moment était de maintenir le Club en Ligue, La descente n’est pas non plus une catastrophe, mais nous allons devoir faire une réorganisation et après il faudra voir ça avec les dirigeants du Club.

 

Quand commence le recrutement pour la saison suivante ?

On commence tôt dans la saison à faire des petites listes, à prendre contact avec les agents. Notre cas était un peu particulier puisque nous ne savions pas encore à quel niveau nous jouerions. Nous avons préparé les deux éventualités.

 

Comment procèdes-tu ? Te fais-tu aider ?

Oui parce que je manque un peu d’expérience dans ce domaine là, j’ai gardé des contacts avec les anciens entraineurs, après il faut prendre son téléphone, appeler les agents, on connait aussi les joueuses, on a les stats, les vidéos,

 

Suis tu la formation au sein de ton club ?

Oui, la formation des joueuses est mon principal objectif

 

Si je te dis arbitrage ?

C’est vrai que je n’ai jamais pris de technique en tant qu’entraineur, et pourtant ça fait longtemps que j’entraine. J’essaie d’avoir un dialogue, et puis après y a des limites. En Ligue c’est un peu différent mais quand on coache des jeunes, c’est difficile de dire à une fille de se taire si nous on gueule sur le terrain.

 

Et l’équipe 2 dans tout ça ? Tu les suis toujours ?

Oui En tant qu’aide coach de l’équipe pro, nous nous étions organisés pour que je sois toujours là, donc ça ne change rien et puis je n’ai pas envie d’arrêter, les joueuses n’y sont pour rien dans mon changement de statuts, je veux continuer jusqu’à la fin de la saison, on a un objectif précis, et puis j’arrive à m’organier. En fait, le nombre d’entraînement ne change pas que l’on soit coach ou aide coach, c’est plus le travail à côté puisque maintenant je prépare aussi l’entrainement des pros.

Je suis quand même aidé. Pour la préparation physique, il y a Julien Lalanne qui est depuis peu mon assistant, avec Isabelle Roche

 

Trouves-tu que le basket féminin soit assez médiatisé en France et surtout dans la Région ?

Je pense que le basket féminin n’est absolument pas médiatisé, déjà au niveau de la télé. Dans les journaux, ici dans la région on a quand même de la chance, mais je parle pour nous (Mourenx) parce qu’après on ne voit pas forcément beaucoup sur les autres clubs. Le sport féminin en règle générale manque beaucoup de médiatisation.

Au niveau départemental ou national, de toute façon on le voit même pour nous, c’est compliqué, à part notre équipe 1, rien.

 

As-tu des idées pour faire évoluer les choses ?

Je n’y ai pas vraiment pensé mais peut-être que si chaque club arrivait à déléguer quelqu’un pour faire le lien avec le Comité, la Ligue, la presse, etc.… peut-être qu’on arriverait à faire quelque chose. C’est non plus facile, car ce sont souvent des bénévoles qui on un travail aussi et ils n’ont pas toujours le temps pour ça

 

Le basket féminin a beaucoup évolué ces dernières années. Qu’en penses-tu ?

Le basket féminin a beaucoup évolué. D’abord physiquement parce que les filles sont beaucoup plus physiques qu’avant, le côté professionnel fait qu’elles s’entrainent deux fois par jour, elles font de la muscu donc forcément elles se développent, on voit un jeu plus physique mais dans l’ensemble le basket féminin reste toujours avec ses qualités propres, c'est-à-dire beaucoup plus tactique. Les garçons c’est du un contre un parce qu’ils ont des qualités physiques au dessus. Le fond même n’a pas forcément changé mais après c’est les qualités individuelles des filles qui changent et le jeu est beaucoup plus intéressant.

  

T’es-tu déjà demandé ce que tu pourrais faire si tu n’avais pas le basket ou après le basket ?

Honnêtement non j’espère que ça durera le plus longtemps possible.

 

Interview express

Avec possibilité de donner des explications et d’utiliser un joker

 

Joueuse préférée

Ann  Wauters 

 

Joueur préféré

Là j’ai un peu plus de mal Conrad Mac Ray  (quand il jouait à l’Elan)

 

Un(e) jeune

Agathe Degorces.  C’est une cadette 1ère année que j’ai chez moi. Elle a 15 ans, elle joue surtout en espoirs, je pense que c’est un des espoirs du basket. Peut-être que je m’avance un peu en disant du basket français mais nous on essaie de lui donner la chance d’évoluer, elle a commencé à jouer avec nous en coupe de France au Temple sur Lot et aussi en Ligue pour voir un petit peu, elle a déjà intégrer l’entrainement des pros. Elle m’impressionne car elle n’a que 15 ans et a une intelligence de jeu comme si elle avait déjà des années d'expérience et je pense que c’est un vrai potentiel.

 

Coach préféré

En tant que joueuse je dirais Valéry (Demory) parce qu’il m’a fait toucher un niveau ou peut-être pas grand monde pensait que je pourrai jouer en Nationale 1, et il a réussi à faire sortir le meilleur de moi-même,

 

Une salle préférée

Mourenx

 

1 ou des dirigeants

Mes parents, Geneviève FERRERI et Maryse CAZALIS

 

Dunk ou 3 points

Passe décisive

 

1 public

Mourenx

 

Musique préférée

Je n’ai pas de préférence, j’écoute un peu de tout en fait

 

1 film

<
font face="Times New Roman" size="3">Je vais peu au cinéma et quand je rentre de l’entrainement les films télévisés sont bien entamés. Un film qui m’a marqué : Hurrican Carter

 

Ton meilleur souvenir

Il y en a plusieurs. Le plus récent c’est la victoire contre Challes, c’est le 1er match que j’ai coaché en Ligue. Le match a été extraordinaire. Il y a eut aussi le titre Régional à Pomarez avec les cadettes, la montée en Nationale 1 avec Mourenx, etc.… 

 

Le moins agréable ?

Quand je me suis blessée pendant un stage d’équipe de France, cadette, ça m’a fait sortir du stage, suite à une déchirure à la cuisse. Je n’ai pas continué les sélections France à cause de ça, j’ai mis du temps à m’en remettre. Après on repart

 

Basket Européen ou NBA

Européen

 

Florence Lagoueyte

Commission Communication 64

www.basket64.com
 
Les news
Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Tweeter Abonnez-vous à notre flux d'informations
     
 
Les partenaires du Comité départemental de Basket du 64
 
  • Elan Béarnais Pau Lacq Orthez
  • Crédit Agricole Pyrénées Gascogne
  • BK Sports
  • FFBB
  • Ligue Nouvelle Aquitaine
  • Elan Béarnais Pau Lacq Orthez
  • Crédit Agricole Pyrénées Gascogne
  • BK Sports
  • FFBB
  • Ligue Nouvelle Aquitaine
  • Elan Béarnais Pau Lacq Orthez
  • Crédit Agricole Pyrénées Gascogne
  • BK Sports
  • FFBB
  • Ligue Nouvelle Aquitaine